Une longue semaine vient de s'achever.
Pour la première fois, j'ai vraiment vu passer chaque journée, tant il me tardait que chaque jour se finisse pour que je puisse fermer et apaiser mes yeux, rouges, piquants, et larmoyants (parfois carrément au goutte à goutte !). Enfin, aujourd'hui ça a l'air fini, mais je dois vraiment me décider à consulter un ophtalmo, chose que je repousse depuis des années (oui, oui !) tant je déteste les médecins.
Mais chaque journée a été marquée par un petit bonheur !

52petitsbonheurs

Mardi, j'ai enfin pu commencer le livre que je me suis acheté. Je l'ai dévoré, mais hélas mes yeux saturaient très rapidement, et je devais fréquemment le refermer.
Mercredi matin, Khallys a refusé les gaufres industrielles sous prétexte que les gâteaux achetés contiennent du poison. Je leur en ai donc fait cuire pour le goûter, et, fait d'une extrême rareté, il les a dévorées ! Pour une fois que je le vois faire honneur à ce que je prépare !!!
Jeudi, il a même goûté mes financiers, et en a repris !

Ce que je retiendrai quand même comme bonheur pour cette semaine, c'est, entre dimanche soir et lundi matin, le fait d'avoir changé les meubles de place.
On a replié le lit que l'on avait installé au salon pour qu'Ilouane y joue, et qu'il détestait.
A la place, on a mis notre vaisselier qu'on déteste autant qu'on l'adore et qu'on se promet de changer depuis 6 ans, sans y parvenir.
Karim s'est improvisé Ikea hacker en me construisant le bureau qui nous a toujours manqué, avec les tables qui accueillaient notre aquarium d'étudiants que j'aimais tant mais qui est tombé, et dont la simple vision des décorations que j'avais reconstituées sur la table me submergeait de nostalgie.
 Cette nouvelle configuration a dégagé de l'espace chez nous, et cet air frais qui peut circuler m'a portée toute la semaine. Je suis peut être un peu folle, mais j'ai vraiment l'impression de voir le souffle et l'énergie se promener dans les pièces, et quand un meuble lui barre le passage, ça m'oppresse.
Entre le désencombrement que j'ai commencé dans ma penderie et dans la chambre des enfants à grand renfort de sacs poubelles, et ce salon réaménagé, je redécouvre mon appartement, je m'y sens bien, et malgré le manque objectif d'espace pour chacun, je ne suis pas psychologiquement prête pour en partir !